• Recherche dessinateurs .... !

     

     

     

     

     


     

     

     


     

     

     

     

     

     


     

     

     

     


     

     

    Honoré, dessinateur. Les vœux de Philippe Honoré ont été mis en ligne quelques minutes avant l'attentat contre «Charlie Hebdo». Ils représentaient Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de Daech, qui souhaitait «surtout la santé». A 73 ans, Honoré collaborait également à «Libération» et au «Monde».

     

     

     Bernard Maris, économiste. Faisant partie de ceux qui ont relancé «Charlie Hebdo», Bernard Maris tenait une chronique dans l'hebdomadaire avec pour signature Oncle Bernard. Il critiquait les dérives du libéralisme. A 68 ans, il était aussi chroniqueur sur la radio France Inter. L'auteur de «Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles» publiait aussi bien dans «Marianne» que dans «le Figaro magazine». Il avait récemment été nomme conseiller général à la Banque de France.


    Bernard Maris. (AFP/Joel Saget)

    Elsa Cayat, psychanalyste. Chroniqueuse à «Charlie Hebdo» sur des faits de société, elle a publié des ouvrages sur la sexualité et le désir. Sa cousine et productrice de cinéma, Sophie Bramly, la décrit, dans «le Parisien» - «Aujourd'hui en France» comme «très engagée dans tout. Tout ce qui était de l'ordre de la sur-intensité la concernait, et je suppose que c'est ce qui l'a conduite à intégrer Charlie Hebdo»

    Franck Brinsolaro, brigadier. Membre du Service de la protection (SDLP), l'ancien Service de protection des hautes personnalités (SPHP), Franck Brinsolaro était en charge de la protection du dessinateur Charb. Passé deux ans par l'Afghanistan, il s'apprêtait à avoir 49 ans. Il avait récemment épousé Ingrid, rédactrice en chef de l'Eveil normand, un journal local de l'Eure. Ils avaient deux enfants dont un bébé de 13 mois.

    Ahmed Merabet, policier. Agé de 42 ans, Ahmed Merabet, brigadier à VTT, pourchassait les auteurs de l'attentat. Il a été abattu une fois au sol, blessé. Il avait intégré le commissariat du 11e arrondissement il y a une dizaine d'années.

    Frédéric Boisseau, agent de maintenance. Employé de l'entreprise Sodexo depuis 15 ans, Frédéric Boisseau se trouvait à l'accueil de «Charlie Hebdo». Il est la première victime de l'attentat.

    Michel Renaud, Ancien directeur de cabinet du maire de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et journaliste de formation, Michel Renaud était en visite à «Charlie Hebdo» pour remettre au dessinateur Cabu des planches de dessin qu'il avait prêtées pour la biennale du Rendez-vous du carnet de voyage de la ville auvergnate. Il avait été invité à participer à la conférence de rédaction. Il était accompagné d'un autre Clermontois, qui est sorti vivant de l'attentat en se couchant à terre.

    Mustapha Ourrad, correcteur. Employé depuis une dizaine d'années par «Charlie Hebdo», Mustapha Ourrad avait la soixantaine. Né en Algérie, cet orphelin était arrivé en France à 20 ans.

     

    Recherche dessinateurs .... !

     

     

     

     

    « La révolution des crayons ... !!!Des cotons tiges, plein les oreilles. »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    1
    mireille du sablon
    Lundi 12 Janvier 2015 à 09:43

    Un vibrant hommage leur a été rendu hier, j'y étais avec plus de 45 000 personnes à Metz, du jamais vu!

    Je pense à toutes les familles de ces personnes assassinées, à leur entourage, que la paix du coeur reste en chacun(e) de nous!

    Bises de Mireille du sablon

    2
    Lundi 12 Janvier 2015 à 09:49

    triste moment l'énumération des noms des victimes qu'il ne faut pas oublier

    bonne journée

    lyly

     

    3
    Lundi 12 Janvier 2015 à 10:03

    J'ai encore les larmes aux yeux. Je sais moi, car ma ville reste en vigilance rouge, pour preuve, le "rassemblements non souhaités" d'hier ! Quelle frustration ! nous étions 300 personnes tout de même rassemblées, même pas peur ! à Amiens on connaît les dangers. Nous avons été témoins d'une arrestation dans un de nos bus, là, sous nos yeux ... nous avons vu la Police sur les dents, filer vers le quartier Nord, puis en sens inverse, les ambulances filer vers l'Hôpital au sud ...
    Nous sommes tout de même allés jusqu'à la Mairie ... nous étions frustrés d'être si peu nombreux, tristes. Mais nous étions là.
    Ocgall me demande dans son commentaire si "nous avions peur pour ne pas nous être rassemblés" et bien oui, les amiénois sont en première loge, nous voyons ce que beaucoup ne voient pas, je préfère ne pas en parler ... juste pour ma sécurité. C'est uniquement pour elle que ma famille, mes amis, m'ont poussée à déménager et quitter la proximité du quartier nord.
    A présent cher Président, finis les gros câlins avec Angela, faut bosser ...

    Gros bisous Yann et j'ai beaucoup apprécié ton choix parmi tous les dessins.

    Annick

    4
    Lundi 12 Janvier 2015 à 10:57

    Un bel élan de solidarité hier pour leur rendre hommage, en France et dans d'autres pays !

    Bisous Rozy

    5
    Lundi 12 Janvier 2015 à 11:58

    Eh oui! Charlie hebdo doit renaître de ses cendres!

    Des milliers de gens ont souscrit un abonnement à ce journal. Les dessins seront-ils toujours aussi incisifs, notamment au sujet de l'islam radical?

    Je pense que lorsqu'il s'agira du "Prophète" malheureusement, ils marcheront sur des œufs... A moins, d'installer leur siège dans un bunker, et encore... Je ne sais pas si les dessinateurs de talent, prêts à sacrifier leur vie au quotidien, se presseront à l'embauche. Je l'espère pourtant.

    Je te souhaite une bonne journée. Le soleil brille mais beaucoup de cœurs sont encore glacés d'effroi.

    Michel

    6
    Lundi 12 Janvier 2015 à 12:39

    Bonjour Yann Une très belle page pour rendre hommage à toutes ces pauvres victimes de la connerie , la cruauté de certain homme .

    Hier beaucoup de monde dans les rues , Paris mais aussi les plus petits villages tel que le notre !

    Nous sommes tous en deuil et encore sous le choc .

    Merci à toi Yann pour ce partage

    Bise et bonne journée

    PS ( Blogo rame encore c'est bien plus agréable ici pour commenter )

    7
    Lundi 12 Janvier 2015 à 13:17

    17 , ils sont 17

    8
    Lundi 12 Janvier 2015 à 14:24
    1. coucou Yann...

    merci pour ce partage ...tu as tout bien choisi ...

    chez nous , nous sommes confronté tous les jours à la cruauté , des vols ,des voitures brulées  etc...nous même en avons fait les frais à plusieurs reprises , mon fils , il y a 5 mois ,on lui a volé sa voiture, la police l'appelle à 5 heure du matin pour lui dire ,au bout de 4 mois , qu'ils ont retrouvé sa voiture et qu'il pouvait se rendre à tel garage , qu'elle y était mais brulée .....ça fait mal tout ça , nous ne sommes pas en sécurité ....mais il faut faire avec ......beaucoup de monde sont descendu dans les rues hier ,il faut faire voir que nous n'avons pas peur tout en rendant hommage a tous ceux qui furent tué ainsi qu'à  leur famille ......je suis triste pour tout ça .oui j'ai pleuré tant ça fait mal ...aujourd'hui faut relever la tête et avancer ....

    passe une bonne journée Yann.

    bises

    gigi

    9
    Lundi 12 Janvier 2015 à 14:54

    Très bel hommage Yann, je crois que les cicatrices sont longue à se refermer... !!!! Une très beau partage. Bises et bonne journée. ZAZA

    10
    Lundi 12 Janvier 2015 à 17:14

    J'ai les larmes aux yeux et je te félicite pour cet article qui rend hommage à ces hommes et à ces femmes victimes de ces fous sans âme.

    Leurs visages me tournent dans la tête depuis jeudi, sans arrêt...

    Nous sommes passés dans "l'après choc"...

    Bisous

    Am

    11
    Lundi 12 Janvier 2015 à 17:17

    Je rajoute... en repassant sur le dessin de Cabu : "peut-on encore rire de tout"... une pensée me vient : le rire est le propre de l'Homme... ces terroristes et ceux qui les manipulent ne sont pas des hommes...

    Bisous

    Am

    12
    Lundi 12 Janvier 2015 à 20:06

    une grande solidarité pour toutes ces victimes, mais dommage qu'il y ai ceci pour ressembler le monde, de toutes confessions, de toutes

    couleurs!

    Merci pour ma fille, c'est presque ça le nom que tu as lu, c'est en fait DRAWAI, son nom de dessinatrice .

    Cabu avait toujours l'air d'un jeune étudiant, air malicieux et facétieux .

    Chez moi, dans ma ville samedi un grand rassemblement environ 10.000 personnes, pour une ville de 42.000 habitants c'est bien, dans le silence !

    Bel hommage que tu leur rend

    Bonne soirée

    bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :